lundi, janvier 13, 2014

Dieudonné de 2001 à 2013 - Où en est la liberté d'expression ?


Dieudonné de 2001 à 2013 - Où en est la liberté d'expression ?

mercredi, août 15, 2012

Holocaust and palestine


mardi, février 28, 2012

Palentine - Jerusalem in 1896


A video for Jerusalem 115 years ago! Interesting to see Muslims (85%), Christians (10%) and Jews (5%) living in the holy city of Jerusalem, which nearly had 30,000 inhabitants. All of them lived in the Palestinian administrative division of the Ottoman Empire and spoke Arabic!

Libellés : , , , ,

samedi, février 18, 2012

Arabs in american films

Libellés : , ,

jeudi, février 02, 2012

A letter from an ex-slave to his former master


We found this amazing letter from an emancipated slave to his former master at Project Gutenberg, via LettersofNote.com
The letter was written, or dictated, by Jourdan Anderson and sent to his former master, Colonel P.H. Anderson. Jourdan had been living in Ohio, earning wages as a free man. Colonel Anderson had written Jourdan asking him to come back and work on the farm again.
The letter's tone is at times friendly and funny, but it very pointedly points to the cruelties of the former relationship between master and slave.

Dayton, Ohio,

August 7, 1865

To My Old Master, Colonel P.H. Anderson, Big Spring, Tennessee

Sir: I got your letter, and was glad to find that you had not forgotten Jourdon, and that you wanted me to come back and live with you again, promising to do better for me than anybody else can. I have often felt uneasy about you. I thought the Yankees would have hung you long before this, for harboring Rebs they found at your house. I suppose they never heard about your going to Colonel Martin's to kill the Union soldier that was left by his company in their stable. Although you shot at me twice before I left you, I did not want to hear of your being hurt, and am glad you are still living. It would do me good to go back to the dear old home again, and see Miss Mary and Miss Martha and Allen, Esther, Green, and Lee. Give my love to them all, and tell them I hope we will meet in the better world, if not in this. I would have gone back to see you all when I was working in the Nashville Hospital, but one of the neighbors told me that Henry intended to shoot me if he ever got a chance.

I want to know particularly what the good chance is you propose to give me. I am doing tolerably well here. I get twenty-five dollars a month, with victuals and clothing; have a comfortable home for Mandy,—the folks call her Mrs. Anderson,—and the children—Milly, Jane, and Grundy—go to school and are learning well. The teacher says Grundy has a head for a preacher. They go to Sunday school, and Mandy and me attend church regularly. We are kindly treated. Sometimes we overhear others saying, "Them colored people were slaves" down in Tennessee. The children feel hurt when they hear such remarks; but I tell them it was no disgrace in Tennessee to belong to Colonel Anderson. Many darkeys would have been proud, as I used to be, to call you master. Now if you will write and say what wages you will give me, I will be better able to decide whether it would be to my advantage to move back again.

As to my freedom, which you say I can have, there is nothing to be gained on that score, as I got my free papers in 1864 from the Provost-Marshal-General of the Department of Nashville. Mandy says she would be afraid to go back without some proof that you were disposed to treat us justly and kindly; and we have concluded to test your sincerity by asking you to send us our wages for the time we served you. This will make us forget and forgive old scores, and rely on your justice and friendship in the future. I served you faithfully for thirty-two years, and Mandy twenty years. At twenty-five dollars a month for me, and two dollars a week for Mandy, our earnings would amount to eleven thousand six hundred and eighty dollars. Add to this the interest for the time our wages have been kept back, and deduct what you paid for our clothing, and three doctor's visits to me, and pulling a tooth for Mandy, and the balance will show what we are in justice entitled to. Please send the money by Adams's Express, in care of V. Winters, Esq., Dayton, Ohio. If you fail to pay us for faithful labors in the past, we can have little faith in your promises in the future. We trust the good Maker has opened your eyes to the wrongs which you and your fathers have done to me and my fathers, in making us toil for you for generations without recompense. Here I draw my wages every Saturday night; but in Tennessee there was never any pay-day for the negroes any more than for the horses and cows. Surely there will be a day of reckoning for those who defraud the laborer of his hire.

In answering this letter, please state if there would be any safety for my Milly and Jane, who are now grown up, and both good-looking girls. You know how it was with poor Matilda and Catherine. I would rather stay here and starve—and die, if it come to that—than have my girls brought to shame by the violence and wickedness of their young masters. You will also please state if there has been any schools opened for the colored children in your neighborhood. The great desire of my life now is to give my children an education, and have them form virtuous habits.

Say howdy to George Carter, and thank him for taking the pistol from you when you were shooting at me.

From your old servant,

Jourdon Anderson.

Link:
http://www.businessinsider.com/read-this-amazing-letter-from-an-ex-slave-to-his-former-master-2012-1

Libellés : ,

lundi, décembre 26, 2011

أبوعبدو الحكواتي - Syrie: l'art pour soutenir la révolution

Libellés : ,

mercredi, novembre 09, 2011

Ron Paul : What if ?

Libellés :

dimanche, octobre 30, 2011

Terrorism and USA

Libellés : ,

vendredi, décembre 03, 2010

IRAN : Les mystérieux « documents de l’ordinateur portatif ».

Utiliser des faux renseignements pour justifier une guerre nucléaire nucléaire préemptive contre l’Iran.

Libellés : , , ,

jeudi, novembre 11, 2010

Viols en RDC : "Ils cherchent de l'or dans nos vagins"

Par Valérie Dupont

Jeannine (Valérie Dupont)

En République démocratique du Congo, « les viols massifs se déroulent dans des villages près des zones minières, là où il y a une forte concentration d'or. Souvent, les femmes cachent des petits colis d'or dans leur vagin. Les groupes armés le savent », explique un chef coutumier. Or ou pas, « ils kidnappent toutes les femmes du village à partir de 13 ans », raconte Theresita. Rencontre avec ces femmes violées par des milices.

(De Goma, RD Congo) Jeannine, 25 ans, est allongée sur un matelas à même le sol dans une petite cabane délabrée des faubourgs de Goma [1]. Atteinte du sida, en phase finale, Jeannine agonise. Comme beaucoup de jeunes filles dans cette région, elle a été victime de viol. Les viols se produisant souvent les jours de marché, les familles de paysans empêchent de plus en plus les jeunes filles de se déplacer pour se rendre au marché mais aussi aller à l'école. Et détruisent ainsi la structure sociale.

« On devait parfois enterrer une fille encore vivante »

Capturée par un groupe armée des FDLR [2] (Forces démocratiques de libération du Rwanda, basées dans l'est de la République démocratique du Congo), elle a réussi à s'échapper.

L'interview sera longue et pénible, mais elle tient à témoigner :

« Ce sont les soldats des FDLR qui m'ont kidnappée. J'étais commerçante près de Masisi, j'allais vendre la production de mon papa au marché. Ils m'ont emmenée dans leur camp, là il y avait vingt jeunes filles. Nous devions faire la cuisine, mais nous étions surtout là pour leurs besoins sexuels.

Si une fille tentait de se débattre, elle était exécutée tout de suite. Nous, les filles, on devait parfois l'enterrer même si elle était encore vivante.

Aujourd'hui je suis en train de partir, je ne peux plus manger, je souffre, mais surtout parce que je sais que ces barbares continuent de violer des femmes et qu'on les laisse faire. »

L'est de la République du Congo, précisément le Nord-Kivu, terre riche en minerais (diamants, or, coltan…), échappe en partie au contrôle du régime de Kinshasa dirigé depuis 2001 par Joseph Kabila [3]. Dans cette zone de non-droit, la vie des femmes est précaire.

« Le viol renverse les liens sociaux et familiaux »

Jeannine (Valérie Dupont)

Pour comprendre cette situation alarmante, il faut remonter en 1994, quand le génocide [4] au Rwanda, pays voisin de la RDC, déclenche l'exode d'environ 2 millions de réfugiés, principalement hutus.

Parmi eux se trouvent des extrémistes, membres des milices interahamwe [5], responsables de tueries contre les Tutsis et les opposants hutus modérés. Ils installent leurs bases dans le Congo oriental.

S'en suit la « première guerre mondiale africaine », à laquelle neuf pays vont participer. Entre 1998 et 2002, environ 4 millions de personnes seront tuées.

Le 1er octobre dernier, un rapport accablant de l'ONU [6]de 600 pages consacré au conflit proclame « la nécessité de créer de nouveaux mécanismes pour briser le cercle de l'impunité ».

Aujourd'hui, le viol massif apparaît comme une nouvelle arme de guerre. Selon l'Observatoire international de l'usage du viol comme tactique de guerre (fondé par Caritas en 2005) :

« L'acte est organisé et programmé dans le but de détruire non seulement la victime individuellement mais également les communautés. Le viol renverse les liens sociaux et familiaux. Dispersant les individus, il perturbe l'organisation même de la société. »

Ces derniers mois, des villages entiers ont été pillés et les femmes y vivant ont été violées. Les FDLR ne sont pas le seul groupe en armes à sévir dans cette région. On y trouve aussi les Maï-Maï [7], craints par la population grâce à « l'eau magique dont ils s'aspergent qui les rend invincibles. »

Le responsable pour l'ONU de la force de maintien de la paix, Roger Meece, avoue son incapacité à gérer cette zone :

« Des groupes armés opèrent dans de nombreuses zones très vastes […] et sont souvent mélangés à la population civile. »

« J'ai été violée parfois plus de dix fois dans une même journée »

Theresita a vraisemblablement une quarantaine d'années. Son regard porte les balafres de sa vie. Elle a été kidnappée à cinq reprises par des groupes armés. Son témoignage est bouleversant ; certains passages, tellement barbares, sont impossibles à relater :

« Que ce soit les FDLR ou les Maï-Maï, c'est toujours pareil. Ils kidnappent toutes les femmes du village à partir de 13 ans.

Arrivés dans la forêt, on nous regarde et celles qui pèsent moins de 50 kilos sont exécutées. D'autres ont moins de chance. Ils leur tranchent les seins et les mangent, persuadés alors de bénéficier de pouvoirs magiques. J'ai vu ces femmes agoniser et on ne pouvait rien faire pour elles. C'était horrible…

Nous vivions nues. On devait assouvir les besoins sexuels de tous les soldats. J'ai été violée parfois plus de dix fois dans une même journée. Ils cherchent de l'or dans nos vagins.

Mais je m'estime chanceuse, j'ai vu des femmes enceintes qu'ils ont enterrées vivantes pour que la terre soit fertile. »

Le chef coutumier de Walikale, Willy Buhini, ministre honoraire de la République du Congo, explique la phrase employée par Theresa, « ils cherchent de l'or dans nos vagins » :

« Les viols massifs se déroulent dans des villages près des zones minières, là où il y a une forte concentration d'or. Souvent, les femmes cachent des petits colis d'or dans leur vagin. Les groupes armés le savent, c'est une pratique fréquente dans la région. […]

Il manque une réelle volonté politique. C'est pourquoi nous lançons un appel à la communauté internationale pour qu'elle puisse nous aider à doter notre armée de moyens conséquents afin de protéger notre population. »

Source
http://www.rue89.com/print/174867

Libellés : , ,

logo lamoooche annuaire rss www.meilleurduweb.com : Annuaire des meilleurs sites Web. Blogarama - The Blog Directory Find Blogs in the Blog Directory